Actualité Courcouronnes

Voyages, voyages…

Deux ans après ma première visite au Gabon, c’est avec le soutien du Ministère des Affaires étrangères et européennes et à l’invitation notre partenaire de la localité d’Ikoy Tsini que je m’y rends de nouveau ce mardi, accompagné de Corinne Bourgeois, maire-adjoint chargée de la Politique éducative, dans le cadre d’une politique de partenariat entre collectivités territoriales françaises et autorités locales étrangères fondée sur des appels à projets annuels.

En effet, Courcouronnes assurera, du 13 au 16 novembre, la maîtrise d’ouvrage d’un séminaire de renforcement de capacité dans le domaine de la petite enfance, auxquels prendront part des personnels gabonais des ministères des affaires sociales, de l’éducation nationale et du Conseil Départemental du Komo Mondah (CDKM).
Ce séminaire sera animé, et nous n’en sommes pas peu fiers, par la coordinatrice petite enfance de notre Ville ! Il vise précisément à accompagner Ikoy Tsni dans l’élaboration  du cahier  des charges, l’ingénierie de projet, l’organisation et de la coordination préalable à l’implantation, dans la localité, d’une structure d’accueil petite enfance à l’horizon 2013.
Un projet né durant le séjour à Courcouronnes d’une délégation d’Ikoy Tsini en mai 2011, conduite par la Présidente du CDKM, consacré à la visite de nos structures socio-éducatives (crèche, halte garderie, école Paul Bert, collège Paul Fort, école Jules Ferry, sans oublier nos deux Pôle enfance).
Cette visite s’était d’ailleurs conclue par la lecture d’un message adressé par M. Paul Biyoghe Mba, ancien Premier ministre et actuel Président du Conseil Economique et Social, en sa qualité d’élu local à l’époque, au Conseil municipal.Outre ce projet, la généralisation de l’enseignement pré-primaire (l’une des conclusions des Etats généraux de l’Education au Gabon) est également un domaine commun de préoccupation avec nos partenaires, considérant comme eux que « l’économie de la connaissance » nécessite préalablement en matière d’éducation en particulier, pour la formation des consciences et dès le plus jeune âge, de se doter de ressources humaines de qualité.

Une préoccupation forte et partagée, qui se traduit par la présence dans la délégation Courcouronnaise de l’Inspectrice de l’Education Nationale, qui nous aidera à mieux cerner les attentes locales et surtout à garantir dans le temps, le sens et le développement pertinent du volet « Education » de notre partenariat thématique.

Dans un cadre beaucoup plus large, ce déplacement conforte à la fois un choix et une méthode, ceux que la Ville a faits dès 2010 en privilégiant la signature de conventions thématiques de projets et d’idées, centrés sur sa compétence et son expertise en matière éducative avec l’espace francophone nord américain (Québec), celui au nord de l’Europe (Norvège), et celui du sud (Gabon).

Par ailleurs, les illustrations du dynamisme (encore trop méconnu) de notre territoire en matière de relations internationales sont nombreuses.
Et l’année 2012 a de ce point de vue été riche en initiatives, à en juger par la participation d’un groupe d’élèves de Jacksonville (Etats-Unis) au City Raid Andros à Courcouronnes (en mai), l’accueil d’une classe de Québécois au collège Paul Fort (en avril), l’invitation – de Courcouronnes/Ikoy Tsini – par Cités Unies France à témoigner de leur approche innovante à l’occasion du Forum International de la coopération décentralisée au Palais des congrès (en juin), la participation à l’étude autour de l’action internationale de la communauté d’agglomération Evry Centre Essonne, ou encore, la conduite tout au long de l’année scolaire 2011/2012 d’un projet de correspondance croisé entre les élèves de CM2 de l’école Paul Bert et l’école primaire de Bikélé au Gabon…
Les associations courcouronnaises ne sont pas en reste, puisque neuf d’entre elles, identifiées dans le cadre d’un diagnostic local, sont engagées dans le champ des relations à l’international. Chacune focalisée sur une région du monde, elles couvrent les cinq continents en intervenant tantôt dans le domaine de la solidarité, de la coopération, de l’aide humanitaire, des échanges scolaires, de la promotion et de la découverte culturelle.

A l’approche de la seconde AG de notre – non moins innovant – GIP-SAE, aux services de la Ville, aux établissements scolaires qui se mobilisent en interne et aux acteurs qui oeuvrent à travers des projets multiformes pour le rayonnement extérieur de Courcouronnes, je dis …. à suivre !

  • ENCINAS
    18 novembre 2012 at 16 h 33 min

    MERCI de votre confiance.