Actualité Billet d'humeur

Un président consternant et sans projet !

Alors que sa cote de popularité ne cesse de dégringoler deux ans seulement après son élection, le Président de la République a tenté mardi dernier, en se soumettant à l’exercice de l’interview radio-télévisée sur BFMTV et RMC, de reconquérir la confiance des Français très majoritairement déçus de sa politique en vantant, notamment, un probable « retournement économique » dans la seconde phase de son quinquennat. Décidément avec François Hollande, c’est devenu Noël tous les jours. Après le désormais fameux « Moi président, … », nous avons le « Moi magicien, … ».

Autant le dire tout de suite, il ne m’a absolument pas convaincu ; ni sur son bilan ni sur ses annonces.

Malgré ses regrets et explications alambiqués, tel un mauvais élève tentant de justifier ses agissements devant un conseil de discipline, son bilan demeure en effet catastrophique. Au delà de ses multiples déclarations d’intention, de l’utilisation répétée de la méthode Coué pour tenter de nous persuader que la situation de notre pays s’améliorait et de sa propension à falsifier la réalité des chiffres, François Hollande n’a pas réussi à remettre la France sur le chemin du redressement.

Le nombre de chômeurs n’a cessé inexorablement d’augmenter, et la France métropolitaine comptait en mars dernier 5 621 700 demandeurs d’emploi, toutes catégories confondues. La dette publique a continué à se dégrader dans des proportions encore jamais atteintes et frôlera selon toute vraisemblance les 2000 milliards d’euros à la fin 2014. Après la suppression des exonérations sociales et fiscales sur les heures supplémentaires et un matraquage fiscal sans précédent, une majorité écrasante des ménages français a vu son pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil. La délinquance dans notre pays n’a pas connu le repli que nous étions en droit d’attendre, malgré le volontarisme de l’ancien résident de la Place Beauvau. Quant à l’apaisement de la société que le « magicien » Hollande nous avait promis après les tensions survenues sous l’ère de Nicolas Sarkozy, force est de constater qu’il n’a jusqu’à présent également pas eu lieu.

J’estime ensuite que les annonces qui ont été faites par le chef de l’Etat sont dangereuses et mettent avant tout en évidence une absence totale de projet pour la France.

Enfermé dans un déni de réalité, il préfère ainsi remettre sur le tapis de la désunion nationale le droit de vote des étrangers plutôt que de s’attaquer clairement aux maux qui rongent notre pays. Pire, conscient que sa famille politique va de nouveau au devant d’une nouvelle déroute électorale après les municipales, il se plait, sous couvert de réforme territoriale, à imaginer un tripatouillage électoral inacceptable en évoquant le report possible d’un an des prochaines élections cantonales et régionales.

Notre pays et nos institutions méritent pourtant assurément beaucoup mieux que ça ! L’optimisme inébranlable dont fait preuve le Président avec un aplomb peu commun ne peut constituer une réponse politique crédible aux difficultés que connaissent les Français.

Il est temps d’arrêter les tergiversations et de repousser sempiternellement les indispensables réformes structurelles dont notre pays a tant besoin pour, entre autres,  réduire un endettement abyssal, rétablir une croissance vertueuse et faire baisser durablement un taux de chômage qui empoisonne le quotidien des Français. Il est également temps de cesser d’utiliser les sujets de société comme un paravent visant à occulter les insuffisantes gouvernementales.

Les Français, qui ne croient plus, et depuis longtemps, aux tours de prestidigitation de leurs responsables politiques, ne veulent plus d’incantations stériles ni d’anaphores ! Ils attendent des actes forts et surtout des résultats ! Après deux ans de politique hollandaise, nous en sommes malheureusement très loin…