Actualité Courcouronnes Discours Vidéos

Un baptême républicain

J’ai inauguré, ce mercredi 3 octobre, la salle Philippe Séguin à la Ferme des Mathurines, en présence de François Fillon, ancien Premier Ministre.

Le 25 septembre, le Conseil Municipal a en effet, à l’unanimité, décidé de conférer une identité propre à la salle polyvalente de la Ferme des Mathurines en lui donnant le nom de Philippe Séguin. Il est des personnalités, qu’elles soient de droite ou de gauche, qui font l’unanimité. Philippe Séguin était l’un de ceux-là, comme avait pu en témoigner l’hommage appuyé, sincère et unanime que lui ont rendu à sa mort la presse et l’ensemble de la classe politique, toutes tendances confondues.

Profondément républicain, Philippe Séguin a été pendant plus de 30 ans l’une des principales personnalités politiques de la Ve République. Maire d’Epinal, parlementaire d’exception, il fut ministre des Affaires sociales et de l’Emploi, président de l’Assemblée nationale de 1993 à 1997, président du RPR et premier président de la Cour des comptes de 2004 à sa mort en janvier 2010, à l’âge de 66 ans.
Si Séguin le gaulliste a tant marqué la vie politique, c’est par son sens de l’Etat, son amour intransigeant de la République, la force de ses convictions et son éloquence. Homme droit et de caractère, extrêmement attachant, Philippe Séguin a fait honneur à la République. Fervent patriote, il a consacré sa vie au service de la France et de notre Nation qu’il aimait par-dessus tout, exerçant avec passion toutes les fonctions et missions qui lui ont été confiées. « Tu as aimé la France, parce qu’elle était à tes yeux le seul bien de ceux qui n’ont rien. Tu la voulais grande, ouverte, généreuse, exemplaire », déclarait Nicolas Sarkozy dans son éloge funèbre. Jusqu’au bout, il sera en effet resté l’enfant né à Tunis en 1943, pupille de la nation après que son père, soldat, eut été fauché par la guerre en septembre 1944. Son histoire personnelle dominera toute la vision politique de cet homme profondément attaché à cette République qui l’avait pris sous son aile.

C’est en raison de la complicité politique mais aussi personnelle qui le liait à celui qui fut l’un de ses mentors, que l’équipe municipale a invité François Fillon à prendre part à la cérémonie de dévoilement de la plaque portant le nom de Philippe Séguin. Je le remercie d’avoir accepté de prendre part à cette cérémonie, à l’issue de laquelle il m’a également remis la médaille de chevalier dans l’Ordre National du Mérite.