Actualité Billet d'humeur

Tristesse, paradoxes et sursaut républicain !

Je pourrais me satisfaire du strict score des départementales sur Courcouronnes. La gauche y fait un score plus faible que d’habitude, l’UMP-UDI fait le même score qu’au national, ce qui est rare, et le FN est 6 points sous son score national.
Mais voilà, depuis hier soir je suis triste…

Triste d’une participation locale et nationale, malgré une plus forte mobilisation des Français que lors du précédent scrutin de 2011, bien insuffisante pour le bon fonctionnement de notre démocratie.

Triste que malgré le digne score courcouronnais, nos candidats UMP-UDI, Jacques Gering, Johanna De Sousa, Berdjouhi Vassilian et Freddy Nsonde ne puissent se maintenir au second tour, pour à peine 56 voix sur 13000, à la fois à cause de cette règle des 12 % d’inscrits, du poids considérable d’Évry sur ce canton, mais aussi et surtout de cette division avec un Modem dont nous saurons nous souvenir de la posture individualiste, et irresponsable, de ses candidats.

Triste enfin qu’à Évry, mais surtout à Courcouronnes, le choix offert au second tour soit celui du PS face au FN, dans une commune où tant est fait pour le mieux vivre ensemble et où, justement, l’extrême droite ne parvient pas à s’enraciner comme elle le fait ailleurs.

Je veux réaffirmer ici, comme je l’ai fait en mairie d’Évry hier soir, mon soutien plein et entier envers mes amis candidats, leur directeur de campagne mon ami Valdemar De Sousa, nos militants qui ont fait un travail remarquable sur le terrain, celles et ceux qui ont tenu les bureaux de vote. Ils méritent notre admiration.
J’en profite pour remercier également nos administrations qui ont, une nouvelle fois, parfaitement assuré leur mission.

Même si ce ne sera guère facile la semaine prochaine, nous tiendrons évidemment de façon républicaine nos bureaux de vote. Pour autant, n’ayant pas la prétention de pouvoir orienter les choix de mes concitoyens, et considérant que cela relève de la conviction et/ou de l’intime, je ne donnerai aucune consigne de vote
Sachez quand même que pour ma part, même si je sais que cela déplait, je voterai clairement et de façon assumée contre le Front National. C’est à mon sens un devoir que j’entends bien honorer !

Ensuite, je continuerai, nous continuerons, notre inlassable travail de terrain, au plus près des habitants. Car plus que tout, je suis profondément convaincu que la vérité est, et demeurera, celle-là malgré les tourments que notre République connaît actuellement.

Aujourd’hui pourtant, 2 paradoxes m’animent. Alors que je me suis couché hier soir attristé, je ne peux oublier ce matin le souvenir, il y a un an, d’un succès électoral sans précédent à Courcouronnes. Tout en pensant à mes amis dans la peine, je souhaite un bon anniversaire à mon équipe Unis Pour Courcouronnes qui atteignait presque les 81% il y a 12 mois, jour pour jour. La confiance de nos habitants est notre bien le plus précieux. Et il ne faut jamais le décevoir.

Le second relève davantage de l’histoire singulière, en ce jour anniversaire.
Après avoir été injustement trainé dans la boue au début des années 2000 ; après avoir entendu de nombreux « gauchistes » me traiter de « facho » durant des années (quand d’autres me trouvaient trop à gauche, comme quoi…) ; après que ceux que nous avons battu en 2001 aient chercher à tordre le cou à la réalité en affirmant que j’avais été sur des listes du Front National dans les années 90 (allant même jusqu’à fabriquer des faux) ; après tant de mensonges et de manœuvres électoralistes et démagogiques (sans compter les menaces de mort que cela m’aura durablement rapporté !) ; me voici, cette semaine, devenu un rempart naturel pour faire reculer la Bête immonde dont le souffle putride sape nos idéaux républicains ! 
Et comble de l’ironie, je suis sollicité notamment par les apprentis-sorciers qui ont tant alimenté ces tristes fables dans les quartiers, fort heureusement et finalement en vain, sans se soucier des putatives conséquences !

A l’image de ce que nous faisons quotidiennement à Courcouronnes, où le FN est aujourd’hui derrière l’UMP-UDI dans TOUS nos bureaux de vote du Centre et du Canal, loin derrière son score national, ce dont je suis fier car c’est extrêmement rare dans les villes dites « populaires », je vais faire fi de ma rancœur.

Le sens de l’intérêt général, l’amour de la République me font analyser froidement le présent, et surtout regarder, combatif, l’avenir. Je m’exprimerai donc, dans la semaine, par écrit, auprès des habitants de la commune, sur le sens du second tour qui se dresse devant nous.

Je m’adresserai aussi en direction de nos adversaires naturels, républicains, qui attendent de nous, de moi, un autre « front », solidaire et rassemblé dimanche prochain mais qui, à l’oral comme à l’écrit, n’ont de cesse le reste du temps de nous diaboliser, de nous affubler du rôle des « méchants » dangereux sans cœur face à une gauche parée de toutes les vertus. Le sens des responsabilités, le rejet du populisme, de la petite stratégie, doit largement dépasser un second tour où chacun crie « au secours ».

Je vais prendre mes responsabilités, dimanche, comme depuis des années où j’ai toujours prôné une gouvernance nouvelle empreinte d’intérêt général, sur l’ensemble des territoires.

J’attends évidement et durablement la même chose de nos adversaires. Bien au-delà des postures purement idéologiques qui, si certains n’y prennent pas garde, finiront par tuer ce que nous avons de plus précieux : la démocratie !

  • MALTHERRE
    25 mars 2015 at 15 h 14 min

     » me voici, cette semaine, devenu un rempart naturel pour faire reculer la Bête immonde dont le souffle putride sape nos idéaux républicains ! »
    Monsieur, votre diatribe envers ce parti qui est choisi par 30% environ des votants d’une élection à l’autre, fait partie de l’offre politique de la République Française.
    Vos propos sont sujets à polémique et incitent à la haine contre leurs représentants et leurs électeurs et je me sens, à ce titre, visée par cette haine.
    Je me réserve donc un droit de suite.
    Je ne vous salue pas.

    • Au nom de la Rose
      25 mars 2015 at 15 h 57 min

      Diantre… C’est l’hôpital qui se fout de la charité ! Je ne vois pas en quoi les propos de Stéphane Beaudet seraient une incitation à la haine envers quiconque. Il ne fait qu’exprimer un sentiment, que j’estime légitime, sur un parti antirépublicain aux idées racistes, xénophobes et populistes qui mettent à mal notre vivre ensemble et les valeurs de notre République. D’ailleurs, vous allez devoir vous habituer à rencontrer sur votre chemin des personnes, dont je fais partie, qui ne courberont pas l’échine face à cette dérive. La France mérite bien mieux que cette idéologie belliqueuse et c’est l’honneur de responsables politiques comme lui que de dénoncer l’impasse sociale, économique et démocratique dans laquelle vous souhaitez nous plonger.

  • Nestor Burma
    25 mars 2015 at 16 h 04 min

    Un droit de suite? Qu’est-ce que c’est?
    Peut-être est-ce le droit dont M. Beaudet devrait user quand il reçoit des insultes de nazillons incultes…

    Vous devez avoir du mal avec votre vous, votre sur vous et votre vous même mon cher Monsieur Maltherre car quand on est droit dans ses baskets, on n’a pas peur des diatribes de qui que ce soit.

    En même temps, pour vous lire et apprécier enfin des écrits qui ne suintent pas les insultes les plus crasses d’un gars de la Marine, je me dis que vous devez avoir des réveils difficiles quand vous lisez ici ou là les saloperies de certains de vos coreligionnaires.

    – Alexandre Larionov, qui souhaite la destruction des juifs « une fois et pour toujours ».
    – Jacques Coutela, grand admirateur d’Anders Breivik le tueur de masse norvégien.
    – Anne-Sophie Leclère et sa Taubira en singe.
    – Nathalie Pigeot, thuriféraire patentée du troisième reich…

    Bref, il y en a d’autres et j’ajouterai qu’ils ne sont pas des créations ex nihilo. Le FN est non seulement une escroquerie familiale qui est passé du reaganisme à l’extrême gauche en 30 ans simplement pour des raisons électorales, mais c’est aussi, toujours et encore, un parti qui agite les haines et les différences. Votre Marine et sa clique ne font qu’agiter les bas instincts car il est visiblement plus facile de mettre en marche les intestins grêles que les cerveaux!

    Pour ma part, je vous salue car ma mère tient toujours à ce que je sois un garçon bien élevé !

  • Théo
    26 mars 2015 at 15 h 02 min

    Les termes utilisés, auxquels j’adhère totalement, m’inspirent une réflexion en trois points :
    – Comment justifier l’abstention alors que tant d’êtres humains sont privés d’expression ?
    – A partir de quelles rumeurs peut-on tenter de salir un homme ?
    – J’espère que nos responsables nationaux de tous « poils » n’attendrons pas l’irréversible pour mettre un terme à la démagogie des extrémismes !

    In fine, je tiens à remercier notre Maire pour sa prise de position nette, anti-partisane et sans « parisianisme ».
    Faisons qu’ensemble vive la Démocratie

    Atheo