Actualité Région UMP

Transports en Ile-de-France: le contrat STIF-SNCF approuvé pour 4 ans

Un mois après avoir adopté le contrat liant le STIF à la RATP pour la période 2012-2015 que j’évoquais ici, le Conseil d’Administration du STIF a adopté la semaine dernière le nouveau contrat quadriennal STIF/SNCF.  Les négociations furent plus difficiles qu’avec la RATP. Le STIF a du céder sur son principe d’« Iso Budget – Iso Offre », par conséquent payer davantage pour le même service.

Cependant, le processus de négociations des contrats STIF / RATP et SNCF est biaisé car les parties sont forcées de s’entendre. En effet, le STIF ne peut pas mettre en concurrence les réseaux de transports. Il est obligé de contractualiser avec les deux entreprises étatiques. La mise en concurrence est prévue pour la RATP en 2024 pour les bus, 2029 pour les tramways et 2039 pour les métros et RER. Concernant la SNCF, la question est très délicate… Je rappelle que pour les réseaux de bus en grande couronne, la mise en concurrence est prévue en 2017.

Sur le fond, ce contrat est empreint de démagogie comme sait en faire preuve la majorité régionale. Les élus UMP se sont abstenus lors de son adoption par le CA du STIF.

En effet, comme l’a souligné notamment mon collègue et ami François Durovray, ce contrat fixe des objectifs dont chacun sait d’avance qu’ils ne seront pas atteints. Le montant du Bonus / Malus pour la ponctualité n’est que 26,5 millions d’euros par an… une paille, comparé aux 1,75 milliards de contributions annuelles !

Alors que Jean-Paul Huchon promet sans cesse de placer l‘usager au cœur des préoccupations du STIF, force est de constater que les débats et les décisions sont éloignés des préoccupations des usagers des transports publics : l’irrégularité n’a jamais été aussi élevée, et aucun moyen sérieux n’est envisagé pour la combattre !

Dans son communiqué de presse, le STIF se félicite du montant d’investissement prévu (2,6 milliards d’euros pour les 4 ans du contrat). Je serai très vigilant sur le suivi du taux de réalisation des projets, qui a une fâcheuse tendance à déraper dans le temps. Les investissements lourds et rapides sont une nécessité absolue pour pouvoir améliorer durablement nos RER.