Actualité Courcouronnes

Souvenirs de mon quartier, mémoire de ma ville

Après plus d’une année de travail, d’investissement notamment des plus jeunes, à partir de 19 heures salle Claude Nougaro, la soirée sera consacrée à la mémoire du quartier de l’hôpital, particulièrement de la barre Efidis qui doit être détruite dans le cadre du projet de Rénovation urbaine du Canal.

En effet, comme pour la plupart des travaux que nous avons initiés depuis onze ans à Courcouronnes, nous avons souhaité associer les habitants, en tant qu’acteurs centraux des quartiers, à l’élaboration et à la mise en œuvre de notre programme de rénovation urbaine. De fait, les Courcouronnais sont à nos yeux non pas de simples administrés, mais bien des partenaires des grands projets portés par la Ville pour améliorer notre (et leur) vie quotidienne.

Ainsi, les habitants ont été et sont régulièrement tenus informés de l’avancée des chantiers, mais également concertés sur les aménagements prévus, notamment à travers le Conseil de Renouvellement Urbain créé à cet effet, mais aussi par le biais de nos supports de communication institutionnels (hebdo, site internet…) ou d’expos réalisées à l’occasion des grandes manifestations municipales.

Dans la même veine, s’agissant de la démolition de la barre Efidis, annoncée dès 2007, validée en 2009 et nécessaire à l’achèvement de notre programme de rénovation urbaine et au désenclavement du quartier, nous avons souhaité impliquer autant que possible, et de diverses manières, la population concernée.

Outre le travail administratif et l’accompagnement nécessaire au relogement des habitants, la dimension affective, surtout, n’a pas été négligée, car je sais combien ces changements, en cours ou à venir, peuvent déstabiliser. Il n’est pas simple en effet de devoir quitter l’endroit où l’on a fait sa vie, où l’on a vu naître et grandir ses enfants, comme c’est également difficile pour ces derniers, les plus jeunes, qui n’ont jamais connu que ce quartier et y sont attachés…

Grâce à l’Association « Filigrane », mais aussi à Paolin Pascot, un jeune engagé « service civique volontaire », nous avons donc invité la population à témoigner et nous faire partager ses souvenirs d’une vie passée dans ce quartier. Un travail de mémoire, qui met en lumière à la fois la nostalgie et les incertitudes qu’induisent les bouleversements du quartier pour ses habitants, mais qui reflète aussi leur espoir et leur foi en l’avenir…

Les enfants, plus particulièrement, se sont emparés de cette opportunité pour exprimer leurs sentiments dans différentes disciplines artistiques. Pièce de théâtre, photographies, dessins ou poèmes seront ainsi présentés ce soir. Le recueil de photos, « Souvenirs de mon quartier, mémoire de ma ville », réalisé par notre talentueux photographe, Moïse Fournier, sera également dévoilé à cette occasion.