Actualité Agglomération

Lancement de la Semaine de la Mobilité

Semaine de la MobilitéComme chaque année, la date du 16 septembre marque le lancement officiel de la Semaine de la Mobilité, un moment fort traditionnellement ponctué par toute une série d’évènements destinés à promouvoir des modes de déplacements plus durables. Une occasion saisie par la Communauté d’Agglomération et ses partenaires pour mettre en scène de façon ludique et conviviale les bonnes pratiques de mobilité de ses agents au travers du 2ème Challenge des Eco-Mobiles. Initiative qui, je l’espère, invitera le plus grand nombre à pérenniser tout au long de l’année de nouveaux comportements en matière de mobilité, avec l’appui notamment des outils proposés par le Plan de Déplacements Administration de la CAECE. Car s’il n’était plus besoin de convaincre sur la nécessité de changer nos comportements, il fallait bousculer et faire évoluer nos habitudes de déplacements, en proposant des alternatives à l’usage de la voiture individuelle qui soient efficaces et attractives. Encourager chacun à changer, modestement ou radicalement, ses habitudes impliquait de penser « services », d’organiser cette dynamique, d’être innovant, de communiquer et d’informer.

Trois ans après la mise en œuvre des premières mesures, le pari semble avoir été tenu. La capacité de notre collectivité à agir de façon pragmatique et proactive, démontre qu’une nouvelle approche de la mobilité peut être impulsée et transcrire au quotidien le choix de pratiques plus responsables et citoyennes. Développement de l’usage des vélos, du recours au covoiturage, ou du report modal vers les transports collectifs … Au-delà de ces mesures classiques, l’Agglomération a également su mobiliser toute une palette de solutions, comme l’expérimentation du télétravail, lui permettant d’effectuer un saut qualitatif dans d’autres domaines : l’organisation du temps de travail, l’usage de nouvelles technologies, l’intégration de certaines problématiques dans le plan de formation.

La Semaine de la Mobilité rappelle donc, s’il en était besoin, le devoir qu’ont les pouvoirs publics à développer et offrir au plus grand nombre une alternative à la voiture individuelle, grâce à la définition et à la mise en œuvre de politiques volontaristes et cohérentes en matière de mobilité durable.