Actualité Billet d'humeur Courcouronnes

Pokemon : entre légèreté et vigilance…

L’été est là… une saison de farniente, propice aux soirées en terrasse ou aux siestes dans les jardins publics.

Chaque année lorsqu’approche le mois d’août, les habitants deviennent plus rares à arpenter nos rues et s’évadent pour profiter des douceurs de l’été en d’autres contrées plus touristiques. Or, si je ne doute pas de la richesse patrimoniale de ma Ville, je constate depuis quelques jours un regain d’intérêt pour les monuments historiques courcouronnais.

La cour de la mairie est assidument fréquentée, au delà des heures ouvrables, par des jeunes, qui, à défaut de venir s’enquérir des possibilités offertes par le service public, se piquent de curiosité pour la sculpture ou pour la stèle du bicentenaire, devant laquelle de nombreux automobilistes pilent ou au contraire franchissent le stop les yeux rivés sur leur portable…

A les observer de plus près et à tendre l’oreille, point de noms illustres des défenseurs de la France mais au contraire des noms abscons, proférés en brandissant avec frénésie leur portable à quelques centimètres du sol. Tous viennent traquer le facétieux Pokémon dont il se dit, par les joueurs les plus aguerris, qu’il serait particulièrement « puissant » en ces lieux.

En tant que sportif assidu, je ne peux que me réjouir du spectacle de ces joueurs arpentant sans relâche nos rues et nos places publiques, s’aérant le corps -à défaut de l’esprit- en dénichant ces êtres virtuels au pied des abribus ou derrière les bosquets.

Certains mordus arguent sur l’aubaine de la chasse aux Pokémon pour faire des rencontres. Sans doute.. mais justement, sans jouer les Cassandre ou les rabat-joie, je m’interroge, au delà de l’aspect ludique et résolument léger du phénomène, sur les dérives que l’on peut en craindre. A l’heure où les mouvements de foule sont contrôlés, les attroupements proscrits, ne faut-il pas inciter les joueurs à la prudence ? S’il est utile de respecter des règles basiques de sécurité au volant ou d’inciter les piétons à la vigilance, il ne me paraît pas vain d’inviter les joueurs à la méfiance lors de rassemblements organisés pour traquer les Carabaffe et autres Boustiflor. Dans quelle mesure l’engouement suscité par ces personnages aux noms humoristiques ne pourrait elle pas constituer pour d’autres personnages, bien réels et mal intentionnés, une occasion de commettre des méfaits ?

Je ne veux donc pas ternir cette passion –addiction- encore balbutiante qui déferle sur le monde et redonne le sourire à des millions de personnes aux quatre coins du globe. Mais seulement, il ne faudrait pas que cette joyeuse quête du virtuel ne devienne, chez certains, le prétexte à une triste réalité que nous aimerions voir cesser en ces temps meurtris.