Actualité Courcouronnes Région

Plan d’urgence pour les lycées franciliens : de nouveaux investissements pour 2017 / 2027

Une majorité qui fait ce qu’elle dit et dit ce qu’elle fait ça donne quoi ? Cela donne, quelques jours après l’officialisation d’une commande de nouvelles rames pour les transports franciliens, le déblocage de 4 milliards d’euros d’investissements pour les lycées d’Ile-de-France d’ici 2027.

Transports, lycées et bien d’autres compétences dévolues au Conseil régional peuvent enfin être l’objet d’avancées majeures, après avoir été laissées pour compte tant d’années par la précédente majorité. Il nous fallait pouvoir sortir de cette asphyxie, induite par des années d’inertie, c’est désormais chose faite et cela prendra forme d’ici quelques mois.

Plusieurs établissements essonniens figurent dans la liste des lycées inscrits au plan d’urgence parmi lesquels le lycée Georges-Brassens de Courcouronnes. Si ce dernier avait déjà fait l’objet d’une première opération de rénovation, appréciable mais insuffisante au regard des hausses démographiques induites par l’explosion de l’offre de logements sur le quartier, je me réjouis qu’il soit de nouveau fléché par l’opération régionale.

OuvertureJardinPartage_Mars2016_057

L’obtention de 400 places supplémentaires dans ce lycée qui, de par l’étendue des formations dispensées, des filières techniques en passant par le cursus artistique, est en totale cohérence avec l’essor de notre Ville qui devrait, d’ici une dizaine d’années, considérablement accroître sa population grâce à la conduite de nombreux projets immobiliers.

Une pensée aussi pour nos voisins, Bondoufle et Ris-Orangis qui bénéficieront également dans leurs lycées respectifs François-Truffaut et Pierre-Mendès-France d’importants  travaux de rénovation.

L’ensemble de ces requalifications sont à l’image de la mutation du quartier et vont dans le sens de la politique éducative menée sur la ville et à plus large échelle, sur l’ensemble des villes du Groupement d’intérêt public stratégie action éducative (GIP SAE) menée à l’échelle d’une territoire élargi, conduisant ainsi à réduire les fractures territoriales.