Actualité Evry Courcouronnes

MERCI !

MERCI

Chacun aura pu le noter, malgré, je vais y revenir, un résultat dont nous pouvons être fiers, nous avons, mon équipe et moi-même, eu la victoire modeste hier soir. A en lire la presse et les réseaux sociaux, certains n’affichent pas le même recul sur leur propre défaite. Je vais y revenir également.
Vous me connaissez, j’aime la sincérité et l’objectivité. Alors je vais vous parler en franchise.

Quelques heures après la proclamation des résultats, je commence, peu à peu, à mieux distinguer ce qui me laisse un goût mitigé en conclusion de ce rendez-vous démocratique ; entre la fierté de ce que nous avons accompli en à peine 3 années avec cette aventure de commune nouvelle et d’offre politique résolument transgressive et une victoire qui semble nous avoir été volée. Au dernier moment.
Je sais, d’aucuns me qualifieront d’éternel insatisfait ; peut-être, mais c’est un moteur ! Et on ne se refait pas. Et quand je pense à mes amis Isabelle Zambon Ingénues Les , Gerard Gianati et Fadila Ben Doulat, ma colère ne s’éteint pas.

Or donc, dans un contexte inédit, nous aurons mené une campagne d’une incroyable gaité, d’une bienveillance remarquable. Et pourtant ce ne fut guère évident. La météo qu’il aura fallu braver, quelques coups bas (finalement moins que d’ordinaire) face auxquels nous aurons su, collectivement, rester sereins et impassibles, et enfin un contexte sanitaire dont la gravité s’est peu à peu imposée à nous.

Ces élections devaient-elles avoir bien lieu ? 
Telle est la question que chacun va dorénavant se poser en prenant soin, de là où il est, d’adapter la réponse à sa guise. Nos adversaires disent que non. Qu’il me soit permis de les surprendre en précisant que je suis d’accord avec eux. Pas tout à fait pour les mêmes raisons. 
Au moins, accordons-nous sur un point, l’abstention, dramatiquement élevée, pourrait à elle seule balayer le débat ! 
Quand seulement 8889 sur 32788 s’expriment, personne n’a à y gagner. Evidemment, la forte poussée du #Covid19 semble en être la cause. 
Mais sans vouloir polémiquer, puisque dans le rôle qui est le mien depuis 19 ans, je sais ô combien la gestion d’une crise reste empirique et difficile à appréhender, je ne peux me taire sur les discours contradictoires et leur impact ces derniers jours.
Entre la déclaration du Chef de l’Etat jeudi puis, surtout, celle alarmiste du Premier Ministre samedi soir, l’élection d’hier a été pour le moins brouillée, abîmée.
Il n’est pas question ici de critiquer le fond ; nous devons tous être responsables et plus personne ne nie la nécessité du confinement à venir. La crise est grave, sans précédent dans cette forme et nécessite donc des décisions d’urgence. Ces mesures doivent être accompagnées. 
Mais la forme. La forme ! 
Soyons juste froids dans l’analyse de notre système démocratique français ; les seniors représentent en France un peu plus de 20% des inscrits. Surtout, toutes élections cumulées, ils représentent 45% des suffrages exprimés en général ! Alors, quand à 12h de l’ouverture du bureau de vote on indique qu’il faut aller voter, que les premières victimes sont les personnes âgées, et qu’il vaut mieux que chacun reste chez soi, que se passe-t-il ? Que peut-on comprendre ?
On pourra toujours me dire que, grâce au travail de nos équipes, les bureaux de vote étaient bien plus sains que les grands magasins, il n’en reste pas moins que cet électorat est en grande majorité resté à la maison. Et ça change tout.
Une analyse fine des bureaux de vote de notre commune en démontre l’impact considérable ! Les quartiers qui se sont le plus effondrés, et massivement, sont Evry Sud, Evry Village et Courcouronnes Centre. Dans ce dernier quartier, où nous dépassons les 84% (88,8% sur mairie annexe Courcouronnes Centre), nous perdons près de 1000 électeurs entre 2014 et 2020 ! 

Alors oui, l’élection aurait dû être décalée. 
Et oui, monsieur Benamara, dont j’ai lu les déclarations dans le Parisien et dont l’ouverture d’un procès en illégitimité ne tiendra pas bien longtemps, le résultat n’aurait pas été le même. Vous auriez tout simplement été bien plus balayé ! Et vous le savez…

Ce n’est pas faire la fine bouche que de le dire. Je n’ignore pas, surtout pas, l’impact inquiétant, qui restera un combat de tous les instants, des votes communautaires, sectaires, de l’expression du repli sur soi. 
Mais la réalité est que notre liste #onestensemble est en tête dans 30 des 33 bureaux de vote de la commune avec près de 4000 électeurs dont on sait que la plupart nous est favorable, qui n’aura pas pu s’exprimer. 

Voilà pour une forme d’amertume.

Une fois ceci dit, nous avons gagné. Car, quelle que fut l’abstention, il y a bien un résultat final. Et là aussi, froidement, avec 3 listes face à notre équipe, nous l’avons emporté, et assez largement, dès le premier tour. C’est un fait.
Dans une commune nouvelle, avec l’originalité de notre offre politique, c’est un encouragement fort à poursuivre sur ce chemin.
Bien sûr, l’abstention va nous obliger plus que jamais, et c’est une bonne chose, à repenser en permanence le lien aux habitants, à trouver de nouveaux outils pour faire vivre une citoyenneté riche, de partage, renouvelée. Nous nous y étions engagés de toute façon et nous le mettrons en œuvre.

Mais c’est une victoire de l’espoir. Une victoire de la renaissance. Une victoire qui ouvre sur une nouvelle ère. Celle de la transition écologique et sociale assumée, celle de la révolution numérique et digitale, celle de l’humain remis au centre de toutes nos actions, celle d’une centralité et d’un rôle de capitale assumées. Nous y sommes prêts et nous ne vous décevrons pas.

Je voudrais, car ça leur appartient, remercier de tout mon cœur : 
– Nos élus sortants qui ne se sont pas représentés et qui ont, à nos côtés avec Manuel VallsFrancis Chouat, @Danielle Valéro, à Evry et à Courcouronnes, posé une à une les briques de ce succès depuis 2001 et au-delà. Nous avons vécu ensembles des heures formidables que personne ne pourra oublier ;
– Nos nouveaux colistiers, d’ores et déjà élus ou qui le seront en cours de mandat, qui se sont engagés dans une aventure humaine et politique sans précédent avec force et volonté ;
– Nos adversaires car quels que soient nos désaccords, c’est leur présence, face à nous ou bien à nos côtés, qui fait vivre la démocratie ;
– Nos militants et sympathisants qui sont juste exceptionnels. Une aventure humaine, affective et amicale, unique ;
– Notre équipe de campagne menée par Medhy Zeghouf et Alain Casedevant sans oublier Grégory FaureIsabelle MerleAdrien FéraudOlivier PostEric Le Calvez et tous les autres que je ne peux citer en totalité (Nadine, Sandrine, Mickael, Sonia, Mériem, Arzeka, Gael, Marjo, Brigitte, Stéphane, Grâce…)
– Et enfin nos habitants qui nous poussent, nous soutiennent, nous aiguillonnent en permanence.

Merci enfin à Yann Bergot, @Anne Pétureau et toute notre administration qui nous accompagne toute l’année pour mettre en œuvre nos projets, offrir le service public que vous attendez. 
Leur capacité à organiser de concert ce rendez-vous démocratique, dans ces conditions, et organiser la gestion de la crise sanitaire est la parfaite illustration de leur engagement et de leurs compétences. Vraiment pleine gratitude.

Mes chers mais, si cela reste possible après l’allocution programmée du Président de la république ce soir, notre prochain rendez-vous sera donc le conseil municipal d’installation que l’on imagine à huis clos. Mais de cela, je vous reparlerai.

Merci. Vraiment merci.
#onestensemble

(Et permettez-moi de dédier in fine cette victoire à mon Pierrot qui, de là-haut, doit être très fier. Pierre Provenzano)