Actualité Billet d'humeur UMP

Mal à ma droite

Par sa petite phrase prononcée en meeting vendredi à Draguignan, force est de constater que Jean-François Copé a fait le buzz. Tout le week-end, l’affaire dite des pains au chocolat n’a en effet pas manqué de susciter un flot de réactions outragées. La phrase s’est promenée sur tous les tweets et toutes les ondes, obligeant les médias à surcommenter ces propos et l’ensemble des responsables politiques à réagir, à droite comme à gauche… jusqu’à frôler l’indigestion ! Mais n’était-ce pas, finalement, le but ? Que cherchait Copé, sinon se distinguer de son adversaire à la présidence de l’UMP en se positionnant sur le terrain mouvant du rapport des Français à l’Islam ?

Ainsi, après avoir dénoncé le racisme anti-blanc, Copé « le cogneur », durcit encore le ton et, en assimilant cette « bande de jeunes » à « une brigade iranienne de promotion de la vertu » dans son Manifeste pour une droite décomplexée où il avait relaté la scène, prend le risque d’opposer une nouvelle fois les Français aux uns et aux autres.

Sous prétexte de « dire les choses » et dénoncer avec fermeté des dérives communautaires et islamistes dont personne ne peut nier l’existence, Copé favorise les amalgames et la persistance d’une vision manichéenne de la société, dangereuse pour notre pacte républicain.

L’exploitation à outrance des thèmes liés à l’immigration, l’Islam, la laïcité, l’intégration peut-elle à elle seule constituer un argument de campagne, alors que celle-ci a pour vocation de permettre de choisir le chef de l’opposition et préparer la prochaine alternance ? Cette même tendance, qui m’avait fait me sentir bien des fois mal à l’aise au cours de la dernière campagne présidentielle et plus particulièrement dans l’entre-deux tours, ne correspond ni à l’idée que je me fais de la politique, ni à celle que je me fais de la France.

Comme l’a rappelé ce week-end le Conseil français du culte musulman « l’immense majorité des musulmans de France aspire à vivre sa spiritualité dans le strict respect des valeurs de la République » et du vivre ensemble.

A ce titre, il est de notre responsabilité, en tant que citoyens et en tant qu’hommes et femmes politiques, d’affirmer les mérites et de promouvoir la laïcité, qui est une déclinaison du principe républicain de liberté. La laïcité, c’est la liberté de croire ou de ne pas croire, et de vivre sa foi dignement et dans le respect des autres.
Nous devons, de la même manière, dénoncer et combattre de toutes nos forces l’intégrisme religieux. Je salue d’ailleurs, au passage, le coup de filet anti-terroriste mené ce week-end et que l’affaire des pains au chocolat aura presque failli éclipser de l’actualité médiatique.
Cela sans nous voiler la face, oserais-je dire, en affrontant les problèmes avec lucidité, certes, mais sans transiger avec notre héritage politique et les valeurs humanistes qui sont les nôtres, qui sont en tout cas les miennes. Cette droite que cherche à séduire Jean-François Copé n’est pas ma droite et je ne m’en sens pas solidaire.

  • David
    8 octobre 2012 at 16 h 16 min

    Bravo! Nous sommes nombreux à penser de même sans oser ou sans pouvoir le dire.
    Bravo encore et merci

  • Michel LEBON (@mlb9146)
    8 octobre 2012 at 18 h 45 min

    Stéphane,
    Le racisme anti-blanc, mon fils l’a vécu lorsque du côté de Truffaut, une bande de « gentils voyous » lui a mis un couteau sous la gorge (mais on l’a su bien plus tard) tout en lui taxant son baladeur, et en lui balançant à la figure « voilà ce qu’on vous fait, à vous, les p’tits cons de français ».
    Moi aussi, dans les transports en commun, lorsque certains voulaient jouer l’affrontement dans la cohue, et forcer le passage devant moi avec un regard de défiance, allant même jusqu’à « l’épaule contre épaule », ou encore ma femme et ma fille, sur un trottoir du côté d’Evry, dans la même situation!
    L’histoire du « pain au chocolat » je l’ai vécu aussi à l’identique, lorsque voulant me restaurer vers midi dans une station-service du côté de Lyon, je n’y ai trouvé que des sandwiches halal et pas le « jambon-beurre » que je cherchais.
    Alors faut-il, aujourd’hui, fermer sa gueule pour ne pas laisser place au soupçon d’amalgame, tout en espérant que les choses s’arrangeront avec le temps et dans un grand élan de fraternité ?! Grande question.
    Je vais de ce pas appeler mes amis Zoheir et Mouhoub, vieux potes kabyles (tous 2 musulmans, le second étant Hadj) connus à Alger, pour savoir ce qu’ils en pensent.
    Mais, cher Stéphane, sache que je pense qu’on peut préserver « notre héritage politique et les valeurs humanistes qui sont les nôtres » sans faire preuve de faiblesse.
    Bien à toi!
    Amicalement

  • gentelet
    8 octobre 2012 at 19 h 18 min

    Ton angelisme fait chaud a entendre mais je suis philosophiquement contre l’islam. Cette religion est faite de prescriptions, le doute y est totalement absent et la notion de liberté individuelle y est proscrite. Tu serais incapable de me citer un seul pays de l’islam tolerant
    Je suis catholique et je constate que l’islam est la seule religion qui de nos jours encourage a tuer et détruire les lieus de culte en particulier catholiques, dans l’indifference generale. Je sais que tu vas me traiter d’islamophobe. J’ai l’habitude dans ma jeunesse j’ai ete traité d’anticommuniste primaire car je soutenai que l’URSS etait une dictature. Quand à la laicité dont tout le monde se gargarise, c’est une plaisanterie. La loi de 1901, une loi qui avait pour but de detruire l’influence de la religion catholique. Si les propos des deputés anticlericaux et certaines interventions de Combes étaient reprises à l’encontre de l’Islam, ton histoire de pain au chocolat apparaitrait comme une remarque bienveillante comparés aux insultes subies par les catholiques de l’époque et je parle pas des protestations des cliques comme le mRAP ou SOS Racisme.
    Par la suite, les bruits de bottes contre l’Allemagne et la déclaration de guerre en juillet 1914 ont atténué et fait disparaitre cette volonté destructrice la France ayant besoin des bons catholiques bretons comme chair a canon et de l’encadrement militaire souvent catholique.
    J’hésitais entre les candidats. J’avais une preference pour Fillon. Si tes propos refletent sa pensée, il ne gagnera jamais l’election presidentielle et de toute façon, sur ce point important, il fera la meme politique que Hollande.
    cordialement

  • Berman
    8 octobre 2012 at 22 h 41 min

    Le croissant, lui, est bien un symbole national… apprécié de tous musulman ou pas!

  • Bobe TULLY
    8 octobre 2012 at 23 h 49 min

    Cher tous,
    Quelqu’un peut-il me dire ce que signifie être musulman?
    Est-ce comme être catholique (baptisé, premier communion etc.)
    Beaucoup des jeunes que l’on dit musulmans sont nés en France.
    Lorsque l’on dit qu’ils sont musulmans, c’est. de culture du fait de leurs parents qui sont des vrais musulmans. Ou c’est du fait de la religion que beaucoup ne pratiquent pas?
    Cordialement
    Merci.

  • Fournier
    9 octobre 2012 at 9 h 57 min

    Bonjour à tous,
    vos commentaires ne sont pas dénués d’une certaine expression de la réalité. Mais il s’agit d’une réalité parcellaire car comme dans toutes les religions, certains corrupteurs se réclament de l’Islam sans connaître cette religion. Le principal problème de la déclaration de Copé, c’est qu’elle n’apporte rien d’autre qu’un constat qui pourrait aussi trouver un contre exemple! Après avoir dit cela, que fait-il?

    Cher M. Gentelet, je peux vous citer l’Afghanistan du temps de Zaher Shah qui a été le premier pays musulman a intégrer comme valeur universelle la déclaration des droits de l’homme, le premier pays musulman où en 1959 des femmes sont sorties en mini jupe dans la rue et un pays résolument tourné vers la culture française comme en témoignent les partenariats culturels que nous avions avec ce pays. Je vous parle en effet d’un temps avant 40 ans de guerre féroce! Que dire de l’action et du sacrifice du commandant Massoud contre la folie des islamistes talibans? Il était pourtant un vrai musulman!

    L’Occident n’est pas non plus étranger à la radicalisation d’une partie des pays musulmans au temps de la guerre froide. Rappelez-vous de Ronald Reagan qui finançait les Mujahidin afghans en disant qu’ils étaient des héros… Que dire des liens que les américains, la famille Bush en tête, ont tissé avec les saoudiens?

    Que dire aussi des Russes qui poussent les Tchétchènes dans les bras de l’islam radical en martyrisant le peuple? Bref, autant de questions qui me font penser que la géopolitique religieuse à charge contre l’islam n’est pas aussi simple que cela…

    Je pourrais aussi vous parler du temps de Maïmonide où les trois religions monothéistes vivaient en harmonie en Espagne. Je pourrais aussi vous parler de l’extraordinaire générosité d’une bonne partie de mes amis musulmans avec qui j’ai grandi et qui m’ont toujours aimé et accueilli. Bref, je pourrais faire comme Copé, raconter de petites histoires contre lesquelles vous pourriez riposter en me disant que vous avez vu deux musulmans vendre de la drogue. Cela n’avance à rien du tout car nous sommes dans l’anecdote.

    Vous le voyez les exemples et les contre exemples ne manquent pas et il ne faut pas oublier que les premières victimes de l’Islam radical sont les musulmans eux-mêmes. Pour ma part, j’ai un profond respect pour la parole de l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, qui est un vrai musulman tolérant et ouvert aux autres. Comme quoi, ça existe!

  • Yann Pétel
    9 octobre 2012 at 19 h 58 min

    Bonsoir Stéphane, nous avons coutume de dire que les minorités sont toujours les plus agissantes ; et malheureusement, il est devenu naturel de rebondir sur leurs actions lorsqu’elles permettent de faire le buzz, et souvent mal à propos. C’est alors que la majorité mal considérée, parfois même accusée. Or, ne partage t elle pas le même avis sur le fond. Je partage totalement votre vision. Attention car c’est de cette façon que l’on se met du monde à dos. Je ne perçois pas non plus la politique comme cela. Bonne soirée. Sincèrement