Actualité Evry Courcouronnes

Limitation de la propagation du COVID-19 : responsabilité et intransigeance

À deux heures du début de ce que l’on peut appeler « le confinement », je tenais à redire l’importance, même extrêmement contraignante, de cette procédure inédite. Il en va de notre santé collective.
Et donc de notre sens à toutes et tous des responsabilités.


Pour se protéger, et protéger les autres, chacun doit prendre sa part. 
Le Président de la République, puis le Ministre de l’Intérieur ont indiqué les règles du processus à respecter.
Le courrier que j’ai adressé aux habitants via les réseaux hier soir (et consultables sur le site de la Ville), puis la publication de l’Attestation de déplacement obligatoire doivent vous servir de guide pour faciliter la gestion de cette période qui s’ouvre, au moins, pour les 15 prochains jours.

Pour ma part, car ce doit être dit et assumé, outre les mesures annoncées hier soir, je veux réaffirmer, avec notre Police Municipale, que je serai intransigeant sur la sécurité publique des biens et des personnes en cette période.

C’est le moment de montrer notre capacité de résilience, notre solidarité envers les plus fragiles, et une discipline collective nécessaire.

Je voudrais enfin, outre les personnels soignants qui prennent en charge les patients atteints et les levées de doute, je voudrais du fond du cœur remercier nos agents municipaux sur le pont pour accompagner cette crise.
Nos équipes, des enseignants et les directeurs d’écoles sont présents partout où il le faut et les enfants des soignants sont bien accueillis conformément aux directives.
La Police municipale organisée pour faire face.
Nos astreintes techniques en place.
Nos équipes et prestataires qui assurent les missions de solidarité telles le portage de repas à domicile de nos seniors.
Nos équipes de la DRH et de la Direction informatique mobilisées pour organiser un maximum de télétravail dans une administration communale de 1600 agents qui doit fonctionner malgré la période pour les fonctions régaliennes.
Enfin, une pensée pour les animateurs et les personnels de la petite enfance qui se sont proposés pour assurer l’encadrement des enfants de personnels soignants. Exemplaire.

J’en oublie sans doute. Mais c’est aussi là que s’exprime le sens du service public, richesse incontestable de notre pays. Merci à ces hommes et ces femmes.

Je suis pour ma part en contact permanent avec les autorités nationales politiques et sanitaire, à travers l’AMIF notamment, et les établissements de santé publics comme privés du territoire.
Restons mobilisés.

Bon courage à toutes et tous.
Fidèlement.

Ville d’Évry-Courcouronnes
Grand Paris Sud