Actualité Courcouronnes

Inauguration de l’EHPAD « Louise Michel »

Inauguration de l'EHPADL’augmentation démographique des seniors constitue une donnée majeure du XXIème siècle. Face à ce constat, je m’étais engagé dans mon programme de 2008 à offrir un établissement de vie et de soins adapté pour les personnes de plus de 60 ans. C’est désormais chose faite !

Près de 3 ans après la pose de la première pierre, l’Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées et Dépendantes (EHPAD) de Courcouronnes « Louise Michel » a été inauguré ce week-end en ma présence et celles, notamment, du Premier Ministre et du président du Conseil Général de l’Essonne.

Ouvert depuis juin dernier, cet établissement public, dont le coût (9,7 millions d’€) a été financé en majeure partie par le Conseil Général, est le fruit de notre volonté d’anticiper les nouveaux besoins d’une partie de notre population vieillissante, notamment dans le quartier du Centre, et de favoriser le maintien des personnes âgées sur notre territoire en leur assurant un parcours résidentiel dans des conditions optimales de sécurité et de bien-être.

Deuxième maison de retraite de l’Essonne 100% publique à 60 euros par jour, soit 30% de moins que dans une structure privée, elle est dotée de 72 places dont 12 dédiées spécifiquement aux malades souffrant d’Alzheimer.
Souhaitant par ailleurs compléter notre offre à l’égard des personnes âgées, cet établissement s’insèrera dans un grand Pôle Seniors qui comprendra également à terme une résidence de 53 logements sociaux pour les personnes aux revenus modestes ainsi qu’une vingtaine de logements en accession à la propriété.

Ainsi, fidèle à mes engagements, la Ville possèdera prochainement, au cœur du centre ancien, un lieu de vie et d’animation adapté aux personnes de plus de 60 ans qui pourront bénéficier de services à domicile à la carte, dont certains sont d’ores et déjà proposés par notre Centre Communal d’Action Sociale (CCAS), ainsi que d’une offre complète de loisirs grâce au service Seniors que nous avons crée en 2011.

La réalisation de ce beau projet montre que le volontarisme politique n’est pas toujours qu’un élément de langage utopique et qu’il peut grandement, en dépassant les clivages politiques traditionnels, faciliter la mise en œuvre d’actions utiles à l’amélioration de la vie de nos concitoyens. Alors que de nombreux « experts » affirmaient que la création d’un établissement de ce type devait posséder, pour des raisons économiques, une capacité supérieure à 100 lits, j’ai réussi avec le soutien de mes anciens adjoints Yves Berman et Michèle Pâris, mais aussi ceux de Michel Berson puis de Jérôme Guedj à convaincre l’ensemble des partenaires de la pertinence et de la viabilité de notre projet.

À méditer…