Actualité Agglomération Courcouronnes

Francis Chouat, maire d’Evry

C’est désormais chose faite. Depuis hier, Manuel Valls, nommé Ministre de l’Intérieur le 16 mai dernier, a cédé son fauteuil de Maire d’Evry à son Premier Adjoint, proche lieutenant, Francis Chouat.

Au cours d’un Conseil Municipal qui aura duré plus de 3 heures et auquel nous étions plusieurs centaines de personnes à assister, dont un certain nombre de personnalités politiques parmi lesquelles Lionel Jospin (Manuel Valls avait travaillé 4 ans à ses côtés à Matignon), Francis Chouat a donc été élu avec 38 voix sur 39 votants, 4 conseillers municipaux d’opposition n’ayant pas pris part au vote.

Comme le veut l’usage, j’adresse donc toutes mes félicitations à mon nouveau collègue, dont je connais la capacité de travail, et formule le vœu que nous continuions à travailler en bonne entente et intelligence, comme nous l’avons toujours fait, au bénéfice de nos deux communes et de notre Agglomération.

L’Agglomération devra d’ailleurs elle aussi désigner prochainement un nouveau Président, puisque dans un courrier adressé aux conseillers communautaires, Manuel Valls a expliqué le 29 mai devoir quitter ses fonctions pour se consacrer pleinement à son ministère et satisfaire aux promesses présidentielles relatives au non-cumul des mandats. Sa démission devrait être officialisée après les élections législatives.

En ma qualité de 1er Vice-Président, j’assurerai donc la présidence par intérim, jusqu’à la désignation d’un successeur, très probablement à l’occasion du Conseil de Communauté programmé le 2 juillet prochain.

Comme l’a rappelé Manuel Valls, le choix du futur président devra se faire « dans le respect et dans le prolongement des accords qui ont conduit à (son) élection, dans un esprit de collégialité et d’efficacité ». C’est la raison pour laquelle nous avons d’ores et déjà entamé, avec Francis Chouat, des discussions visant à poursuivre et si possible approfondir l’accord passé il y a 4 ans. Je reste en effet convaincu que dans une intercommunalité, a fortiori la nôtre, le choix d’un (nouveau) président ne peut être le fruit d’une campagne binaire mais d’un consensus et d’un accord entre les maires des deux communes qui sont la « ville centre » de notre agglomération. Car, faut-il le rappeler, à l’Agglo nous ne sommes pas les représentants d’une étiquette ou d’un parti politique, mais les représentants de nos communes et de leurs habitants. C’est donc leur seul intérêt qui doit nous animer.