Actualité Billet d'humeur UMP

Du "réenchantement du rêve français" au "cauchemar hollandais"…

Le réveil promet d’être difficile pour certains, mais il est malheureusement un peu tard pour s’en rendre compte.

Alors que Nicolas Sarkozy avait accompli un réel effort de pédagogie sur la crise tout au long des derniers mois de son mandat et durant la campagne présidentielle en ne cachant rien des difficultés qui seraient les nôtres pour la surmonter, les Français lui ont finalement préféré un candidat qui leur vendait du rêve (« réenchanter le rêve français », si vous vous souvenez bien, c’était l’un de ses arguments !).

Or, comme on pouvait s’y attendre, les premières mesures annoncées par Jean-Marc Ayrault la semaine dernière dans son discours de politique générale à l’Assemblée nationale et lors du premier Conseil des Ministres sont profondément marquées par l’austérité, même s’il en récuse le terme. Songez quand même qu’ils vont réussir le tour de force, par dogmatisme sur l’embauche de 60 000 fonctionnaires à l’Education Nationale, de saigner quasiment tous les autres ministères de manière bien plus sévère que le gouvernement Fillon et sa tant décriée RGPP ! Pour tous ces services publics « non prioritaires », ce ne sera pas la règle du 1 sur 2 mais du 2 sur 3 !!!

Austérité, donc ! Soit. Mais plutôt que réduire ses dépenses, le Gouvernement va s’attacher à créer de nouvelles recettes… c’est-à-dire taxer plus lourdement les ménages et les entreprises ! Ainsi les impôts vont augmenter de 7,2 milliards d’euros en 2012 et 6,1 milliards en 2013. 53% de ces hausses seront à la charge des ménages, le reste à celle des entreprises.

Abrogation de la TVA sociale, suppression de l’exonération d’impôt sur le revenu des heures supplémentaires, taxation accrue de l’épargne salariale, augmentation à venir des cotisations retraite, plafonnement annoncé du quotient familial,  rétablissement des droits de succession au-delà de 100 000 euros, baisse des niches fiscales sur l’emploi à domicile, instauration d’une surtaxe pétrolière qui conduira à une augmentation des prix à la pompe d’un centime le litre (ils ne nous avaient pas promis qu’ils baisseraient le prix de l’essence ?!)… Ne nous y trompons pas : ce ne sont certes pas les classes populaires les plus touchées (à l’exception de ceux qui faisaient des heures supplémentaires) par ces mesures mais les classes moyennes vont les subir de plein fouet.
Quant aux mesures visant les entreprises, elles n’auront qu’un effet, celui d’augmenter le coût du travail, donc nuire à la compétitivité, conduire les entreprises à l’asphyxie et créer du chômage.
Les collectivités, enfin, devraient voir leurs dotations gelées (la rapport de la Cour des Comptes invite même à demander plus d’efforts au « bloc communal » c’est à dire aux villes et intercommunalités !!) confirmant ainsi une règle instaurée en 2011 par le gouvernement Fillon, que les socialistes avaient pourtant été si prompts à dénoncer, mais le gouvernement Ayrault pense nous endormir en remettant sur le devant de la scène un acte III de la décentralisation qui se traduira in fine, je vous en fais le pari, par le transfert de compétences que l’Etat n’a plus les moyens d’exercer.

Par ailleurs, bien que le mythe de « l’ardoise » (ou du « cadavre dans le placard ») laissée par la droite ait été battu en brèche par le récent de la Cour des Comptes, la ligne de conduite du gouvernement demeure l’anti-sarkozysme. C’est pourquoi elle s’acharne à détricoter toutes les réformes mises en œuvre par le précédent gouvernement.

Bref, me direz-vous, rien de tout ça ne constitue une réelle surprise ! Tout ceci me rend, pour ma part, profondément inquiet. La seule lumière au tableau, le seul élément de consolation que j’y entrevois, malgré tout, c’est que la gauche est désormais placée seule face à ses responsabilités et surtout aux conséquences désastreuses de ses premières décisions, qu’il faudra financer et assumer. Les Français, s’ils ne viennent pas de le faire, ne vont pas tarder à enfin ouvrir les yeux… mais n’est-il pas trop tard ?

Ah, pardon, j’oubliais ! Dans le même temps, outre le volet économique et budgétaire notre gouvernement s’attaque à d’autres gros dossiers dits « sociétaux » : droit de vote des étrangers, abolition de la prostitution (j’y reviendrai très bientôt) et bouleversement du droit de la famille par l’ouverture du mariage et du droit à l’adoption aux couples homosexuels… Tout va très bien, Madame la Marquise !