Actualité Billet d'humeur

Comparaison n’est pas raison

Alors que le Figaro Magazine publiait la semaine dernière un dossier intitulé « Municipales : ces élus qui nous coûtent trop cher », je m’associe pleinement au communiqué de presse (à lire ci-dessous) rédigé par différentes associations d’élus qui dénoncent une fois de plus ce type de classements réalisés à l’emporte-pièce. La Ville de Courcouronnes, et moi-même en ma qualité de maire, avons eu plus d’une fois à pâtir de ces pseudos analyses financières qui méconnaissent gravement les mécanismes de gestion locale et les particularités propres à chaque territoire, mais dont les gros titres alléchants contribuent à jeter le discrédit sur les élus de terrain. Pour m’efforcer, régulièrement, d’expliquer aux Courcouronnais les raisons qui guident notre action, sans langue de bois, mais de façon claire et pédagogique, je subis régulièrement l’effet boomerang de ces hit-parades qui ne font preuve d’aucun discernement.

 

Palmarès des villes : halte aux classements arbitraires ! 

Communiqué des Associations des Maires de France (AMF), des Maires des Petites et des Grandes Villes (AMGVF et APVF), ainsi que des Communautés Urbaines de France (APVF) – 10 janvier 2014

L’AMF, l’AMGVF, l’APVF et l’ACUF ont pris connaissance du ʺclassement des maires les plus dépensiersʺ réalisé par la société PES et publié par le Figaro magazine dans son édition du 10 janvier. A l’approche des municipales, la période est en effet à la multiplication des classements et autres hit-parades pseudo-scientifiques. On pourrait s’en féliciter si ces études permettaient aux citoyens de mieux s’approprier les finances locales.

En effet, le développement d’outils et de méthodes fiables d’analyse financière de la gestion des collectivités locales ne peut qu’être encouragé car il répond à l’exigence de transparence vis-à-vis des citoyens.

Mais que penser du manque de rigueur du classement réalisé par une société de conseil, PES, auto-proclamée « l’agence de notation des collectivités locales » ? Quelle crédibilité accorder à un dossier qui semble répondre au seul objectif de stigmatiser la gestion locale ?

Toute analyse financière d’une collectivité doit s’appuyer sur une méthodologie rigoureuse. Dans ce classement qui met en exergue « cinq points qui fâchent », la méthodologie retenue est sujette à caution dans la mesure où les chiffres publiés agglomèrent les budgets communaux et intercommunaux, sans l’afficher clairement. Ce qui a pour conséquence d’accroître artificiellement les données budgétaires par habitant.

Dans ce classement, les associations d’élus pointent un certain nombre d’erreurs :

  • sur les dépenses de personnel, on ne peut pas comparer les collectivités sans tenir compte du mode de gestion des services publics. En effet, les coûts varient considérablement selon que les services sont gérés directement par les collectivités ou externalisés, et leur comparaison ne permet d’en tirer aucune conclusion sérieuse ;
  • sur les impôts locaux, contrairement à ce qui est annoncé, la révision des valeurs locatives ne rapportera aucune recette complémentaire aux communes, puisque cette réforme se fera à produit fiscal constant pour les collectivités et permettra une répartition plus juste de l’impôt ;
  • sur la dette, l’étude semble ignorer que les collectivités respectent la « règle d’or », laquelle les conduit, à la différence de l’Etat, à ne recourir à l’emprunt que pour les besoins exclusifs de financement d’équipements dont la durée de vie profite à plusieurs générations de contribuables ;
  • sur les frais de communication, l’étude additionne les données comptables du compte 623 dans lequel on peut trouver des dépenses qui ne concernent pas la communication (protocole, gardiennage, publications légales…). Ce qui fait faussement croire que les dépenses de communication des maires ont considérablement augmenté depuis 2008.

Il est dommage que par facilité et goût du sensationnel, ce classement, supposé distinguer « les bons des piètres gestionnaires », ne rende pas réellement compte de l’action quotidienne des communes et de leurs intercommunalités au service des habitants mais donne, au contraire, une vision ridicule et déformée de la gestion municipale.

A télécharger : Palmarès des villes : Halte aux classements arbitraires !