Actualité Billet d'humeur Courcouronnes

Chères illuminations !

La question peut vous paraître futile mais, vous me connaissez, si je la pose c’est qu’on me demande de faire appel à mes pouvoirs de magicien que je n’ai pas…

Pour ceux qui suivent l’actualité municipale, vous savez que l’année dernière nous avons été amenés à prendre une décision difficile, à savoir la suppression des illuminations de Noël dans les différents quartiers de la commune.
Je rappelle qu’installer puis désinstaller ces illuminations a coûté 100 000 euros au budget de la Ville plusieurs années durant.

Lorsque nous les avons arrêtées en 2011, le fondement de notre décision n’était pas de réaffecter cette somme sur d’autres projets mais de compenser des pertes de recettes sur les dotations de l’Etat.

En 2012, nous confirmons cette suppression des illuminations mais contrairement à l’année dernière l’économie est déjà réalisée…alors que pendant ce temps les mauvaises nouvelles financières continuent à pleuvoir.

Car il se passe en ce moment exactement ce que nous avions prévu, à savoir l’effet domino des décisions de rigueur prises par l’Etat : 

  • en 2011 et 2012, nous avons commencé à subir les baisses de dotations étatiques (DGF) et les mécanismes de péréquation horizontale (FPIC/FSRIF).
  • en 2013 et 2014, nous allons subir les baisses de subventions des échelons situés entre l’Etat et les communes, à savoir celles de la Région et du Département. Le processus commence déjà côté Département avec l’annonce récente par le Conseil Général d’une baisse des subventions de fonctionnement aux crèches collectives municipales ; pour notre Ville, c’est près de 100 000 euros à la fin du processus triennal…
  • à partir de 2015, nous allons subir un nouveau train de baisse des dotations étatiques qui va accentuer encore l’effet domino…et ainsi de suite !

Ce même Etat qui décide par ailleurs, ce qui est certainement bénéfique pour nos enfants, la refonte des rythmes scolaires mais qu’in fine les communes devront financer à travers les temps d’occupation des enfants qui auront, chaque jour, un peu moins d’heures de cours. Une étude de l’Association des Maires de France chiffre le coût annuel par élève à 150 euros… il y a 1800 élèves à Courcouronnes, soit la bagatelle de 270 000 euros.

Vous l’avez compris, à la fin de ce processus il y a les 36 000 communes de France qui sont le réceptacle de toutes les coupes budgétaires des strates supérieures mais aussi et surtout de toutes les demandes, souvent contradictoires, des habitants :

  • « pas touche aux impôts locaux »
  • « pas touche aux places en crèche »
  • « pas touche à l’entretien de la voirie et des espaces verts » (a fortiori en période de chutes de neige comme en ce moment…)
  • « pas de construction de logements » (quelques habitants contestent encore le bien fondé du programme de construction en lieu et place de Jean Zay alors qu’il va apporter de nouveau foyers fiscaux à la commune et rapporter 3 millions d’euros pour financer le nouveau complexe sportif du Lac)

Une fois que je viens de dire tout cela, vous comprendrez bien qu’il m’est impossible pour faire plaisir aux habitants de dépenser 100 000 euros pour les illuminations de Noël car je ne les ai tout simplement pas !

Certains me rétorquent que ce contexte de crise ne nous empêche pas de construire un nouveau complexe sportif d’un montant de 10 millions d’euros. Certes, nous le faisons et nous l’assumons, mais nous parlons là d’un investissement financé à près de 90% par des subventions ou des ventes de terrain… le coût réellement à la charge de la Ville est de 1,2 million d’euros mais cette somme sera amortie en l’espace de 7 ans grâce la fiscalité supplémentaire que vont générer les nouveaux habitants (200 000 euros par an en taxes foncière et d’habitation).
Et surtout nous parlons d’un équipement public beau, moderne, écologique que nous construisons pour quelques décennies et utile à l’ensemble de population tout au long de l’année… contrairement à des illuminations de Noël que nous contemplons quelques minutes le matin ou le soir pendant 3 semaines !

Je vais donc répondre à la question introductive : NON je ne peux décemment promettre le retour des illuminations de Noël car notre priorité absolue est de préserver le service public municipal et la qualité de vie à Courcouronnes tout au long de l’année, 365 jours sur 365 !
Pour conclure, parce que nous ne sommes pas que des comptables et des financiers malgré les impérieuses nécessités actuelles, nous ne restons pas les bras ballants face au durcissement de la crise qui frappe les plus fragiles d’entre nous.
En effet, conformément à nos engagements, nous lançons cette année le premier « réveillon solidaire » pour les adultes isolés et les couples seniors qui passent la Saint Sylvestre sans famille ou sans amis. Et au 1er février prochain, la Ville en partenariat avec la Croix-Rouge va ouvrir une épicerie sociale pour aider, là encore toute l’année en complément de l’action des Restos du Cœur, ceux qui n’arrivent plus à se nourrir décemment.

A Courcouronnes, on n’illumine plus les rues en fin d’année mais on fait en sorte, avec des moyens sans cesse plus limités, d’aider efficacement et durablement, parfois d’illuminer, le quotidien des personnes en situation de souffrance.

  • Berman
    10 décembre 2012 at 22 h 51 min

    je préfère illuminer le regard des habitants en souffrance, lors d’un réveillon chaleureux ou lors d’une aide alimentaire, plutôt que les rues où nous ne passons que quelques secondes. Car là est la solidarité, nouveau mot pour évoquer la fraternité qui brille sur les façades des monuments publics, la Solidarité qui correspond à la délégation que le Maire m’a confiée.

    Bonnes fêtes à tous