Actualité Courcouronnes

Budget 2017 : objectif(s) atteint(s)

 

Plusieurs semaines que je n’ai pas pris le temps d’écrire un billet de fond, en même temps le moins que l’on puisse dire est que cette campagne présidentielle ne nous y aide pas puisqu’aucun débat réel et sérieux ne prend place. 

Et considérant le spectacle offert tant à Gauche qu’à Droite, je n’ai nullement envie de m’étendre davantage et préfère consacrer mon temps à vous relater le travail de fond que nous menons dans nos communes, en cette semaine de Salon des Maires d’Ile de France, et plus particulièrement à Courcouronnes où, en ce jeudi 30 mars, le Conseil municipal se réunit ce soir pour procéder au vote du Budget Primitif 2017.

Sur la forme, la particularité de cette séance budgétaire est le fait que ce sera votre serviteur qui vous présentera les chapitres de notre budget car Jean Caron, mon ami et 1er Adjoint chargé des Finances, est exceptionnellement excusé ce soir.

Sur le fond, je suis vraiment fier de ce budget 2017 qui, étant celui de la mi-mandat, va attester de la mise en oeuvre de nos engagements électoraux de 2014. En ces temps de campagne présidentielle où la durée de vie de la parole politique ne dépasse pas quelques mois, voire quelques semaines, à Courcouronnes notre équipe municipale va pouvoir démontrer aux citoyens contribuables que nos engagements sont tous, sans exception, à l’oeuvre :

  • Nous nous étions engagés sur la stabilité fiscale = pour la 7ème année consécutive, les taux sont stables

Depuis 2011, les taux de la fiscalité locale relevant de la commune sont exactement les mêmes. Alors certes notre seule décision municipale n’empêche pas vos impôts locaux d’augmenter chaque année (variation des bases, décisions des autres collectivités) mais elle témoigne du respect de notre parole donnée aux contribuables et surtout elle traduit des choix de gestion drastiques mais concertés avec les habitants.
Si nous parvenons à absorber l’augmentation annuelle de nos charges obligatoires (carrières des agents, cotisations patronales, point d’indice dégelé, achats et fluides) sans faire appel à la fiscalité tout en faisant face à la baisse significative des dotations de l’Etat, c’est bien parce que nous agissons fortement sur le terrain de la dépense.

Nous avions proposé aux Courcouronnais fin 2015 toute une série de mesures d’économies qui ont été progressivement mises en oeuvre au cours de l’année 2016.

2017 sera donc la première année où leur effet fonctionnera à plein, ce qui nous permettra de compenser en partie le désengagement financier de l’Etat.

Nous avons aussi et principalement continué d’agir sur le principal levier d’économies qu’est la masse salariale. En 2015 et 2016, nous l’avons respectivement baissé de 367 000 euros et 307 000 euros soit un total de 675 000 euros en deux ans.

Ce sont des résultats à la fois impressionnants et courageux car ils signifient ni plus ni moins que les services rendus à la population le sont chaque année avec moins d’agents.

Mais par des réorganisations fines et concertées, par une renégociation à la hausse du temps de travail annuel des agents, nous démontrons qu’il est possible de faire évoluer les choses dans le dialogue, sans discours tonitruants de notre part et sans mouvement de grève déclenché de la part des représentants du personnel.

Je suis donc très fier en tant qu’employeur de cet état d’esprit, même si je ne veux pas mésestimer les efforts consentis par beaucoup de nos agents pour nous permettre de tenir nos engagements pris devant les Courcouronnais.

L’année 2017 sera également celle où nous tiendrons un autre engagement pris devant l’ensemble du personnel communal, le non remplacement de Martial LEMAIRE en tant qu’Adjoint au Maire d’ici l’été prochain à l’occasion de l’approbation définitive du nouveau Plan Local d’Urbanisme qui signera en beauté la fin de son engagement dans cette fonction et de longue date à mes côtés; il restera bien évidemment conseiller municipal à nos côtés jusqu’en 2020.

Ainsi le Conseil municipal de Courcouronnes ne comptera plus que 8 adjoints au Maire au lieu des 9 permis par la loi. Certes c’est symbolique mais alors que nous demandons beaucoup d’efforts au personnel communal, nous allons montrer qu’il est possible de baisser de plus de 10% l’enveloppe annuelle consacrée aux indemnités des élus sans pour autant user du stratagème “bête et méchant” d’une baisse unilatérale de l’indemnité de tous les Adjoints qui consacrent de beaucoup de leur temps à leur ville. 

DÉSENDETTEMENTNous nous étions engagés à désendetter la commune = pour la 2ème année consécutive, le stock de dette va diminuer

Depuis maintenant 16 ans, notre stratégie financière s’est calquée sur les cycles de notre projet municipal :

  • 2001/2014, deux mandats consécutifs d’intense rehabilitation des équipements publics et surtout de rénovation urbaine du quartier du Canal : la Ville a donc forcément dû emprunter pour impulser tous ces chantiers et obtenir en échange la signature de l’Etat et de tous les autres partenaires pour transformer notre ville.
  • 2014/2020, ce troisième mandat a toujours été annoncé comme celui enclenchant un nouveau cycle vertueux de développement/désendettement.

L’attractivité retrouvée de notre commune, notamment en matière de développement économique mais aussi d’habitat, nous a permis de valoriser au mieux le foncier municipal. C’est ainsi que le produit de cession des terrains de l’ex-gymnase Jean Zay pour permettre la construction de la résidence Le Ronsard sera intégralement consacré en 2017 au désendettement de la commune soit la coquette somme de 2 200 000 euros.

Mais je précise tout de suite que ce mouvement de désendettement n’a pas uniquement été rendu possible par la vente des “bijoux de famille”, puisqu’en réalité celui-ci a débuté en 2016 à hauteur de 1 100 000 euros. En effet, le décalage dans le temps des grands investissements municipaux validé par les habitants fin 2015 nous permet de financer sans emprunt nouveau nos investissements.

Par voie de conséquence, puisque nous n’empruntons plus et que nos investissements sont décalés dans le temps, le désendettement de la commune est donc bel et bien structurel.

C’était notre engagement, il est donc tenu mais ne rêvons pas ce rythme devra être conservé encore de longues années pour affronter le désengagement de l’Etat qui lui aussi a vocation à être durable… 

TOURNANT

Nous nous étions engagés à lancer un nouveau cycle de développement pour la commune = 2017 marque indéniablement un tournant 

“Last but not least”, tout ceci n’a de sens que si Courcouronnes avait des perspectives de développement pour nous permettre collectivement de supporter ce grand plan d’économies qui est à l’oeuvre dans notre ville.

Selon l’expression consacrée “mourir guéri” n’a aucun sens !

Nous avions donc pris soin depuis une dizaine d’années de nous assurer de la réalité prochaine des investissements publics et privés stratégiques pour le développement de notre territoire et de Courcouronnes en particulier.
C’est ainsi que j’avais obtenu des pouvoirs publics les engagements suivants :

  • cession du foncier de l’hôpital à un prix rendant possible le nouveau quartier, c’est en cours !
  • poursuite de la Rénovation Urbaine du quartier du Canal, c’est en cours !
  • poursuite d’une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat pour plusieurs copropriétés fragiles, c’est en cours !
  • transformation du secteur Bois Briard avec l’ouverture d’une nouvelle salle culturelle et polyvalent et la requalification de la RD446, c’est en cours !
  • arrivée du Tram 12 express reliant Massy à Evry via Courcouronnes, c’est en cours !
  • arrivée de nouveaux habitants avec les constructions des résidences Le Copernic (Canal) et Le Ronsard (Centre), c’est en cours !
  • arrivée de nouvelles sociétés (Gael le Superparc, Hoops Facotry, Minimax, La Compagnie des Animaux, etc…) ou enseignes (Mc Donald’s) et développement d’entreprises déjà installées (énorme annonce dans les prochaines semaines), c’est en cours ! 

Pour dire les choses de la manière la plus transparente, il nous reste deux engagements difficiles à tenir : la transformation de la ligne 402 qui traverse le Canal en un Bus à Haut Niveau de Service, dit T-Zen 4, et la reconstruction au Centre du centre commercial de Thorigny.

Nous y travaillons d’arrache pied, avec lucidité sur les tours de table financiers à réunir, pour les rendre possible.

Tout ce que je viens d’évoquer précédemment, cette litanie de bonne nouvelles pour Courcouronnes ne fera appel au budget municipal que de manière marginale eu égard à l’ampleur des investissements en cours et à venir sur la commune.

C’est toute la force du projet municipal que nous mettons en oeuvre depuis 2001 qui ne peut donc s’apprécier que dans une perspective de long terme et que vient confirmer ce Budget Primitif 2017.

  • Sennet
    3 avril 2017 at 18 h 27 min

    Bonjour,
    Cette ligne a attiré mon attention « la reconstruction au Centre du centre commercial de Thorigny », je voudrais en savoir un peu plus, je me rappelle avoir vu une photo du projet (c’était un bâtiment circulaire il me semble), mais pas moyen de remettre la main dessus.

    Mais avant une quelconque construction et perdre encore de l’argent inutilement, il faudrait encore faire venir des magasins intéressants…

    Avec la fermeture du magasin Franprix, rien n’est intéressant dans ce centre commercial, s’il on peut encore appeler ça ainsi.

    Puis sécuriser davantage, car la sécurité dans ce centre laisse vraiment à désirer. Ca apprendra l’équipe municipale actuelle/précédente de mettre des barres de HLM. Surtout qu’ils ne sont pas obligatoires car Courcouronnes a un taux de HLM bien supérieur au taux minimal imposé en France.

    En même temps, ce secteur n’est pas assez rentable pour que les magasins puissent vivre.

    Voilà, malgré cela, j’aime cette ville et j’aime son maire, mais certains points dans cette ville m’exaspère au plus haut point.

    Cordialement.