Billet d'humeur

Du respect de la démocratie 2.0…

En ce dimanche matin, un rien plus calme que d’ordinaire, je rattrape quelques retards de lectures, réseaux sociaux compris.

Et ce que j’y lis, de la part de certains militants politiques, toutes tendances confondues -malheureusement-, à coup de noms d’oiseaux et autres maladresses, me semble chaque jour plus dur, plus violent, plus réducteur, plus radical, parfois même plus sectaire. Et pourtant, ils sont -nous sommes- toujours moins nombreux, souvent guidés par une rancœur et une aigreur ne semblant pas bonne conseillère…
La France de 2017, qu’on le veuille ou non, a lancé un appel au pragmatisme, à l’ouverture d’esprit, au changement.


24296839_10213124846668160_6245325583549516669_nLe partisanisme, le militantisme, l’affrontement démocratique entre une majorité et une opposition sont évidemment nécessaires à une Nation comme la nôtre.

Mais comment ignorer que les règles comme l’époque ont changé, que les partis, ne représentant plus que 1% du corps électoral (6 fois moins que les syndicats, c’est dire!), doivent muter profondément et rapidement sous peine de se résumer rapidement à des groupuscules confidentiels ?


En cela, le débat sur les réseaux, part importante de la démocratie 2.0 dans laquelle nous vivons désormais, mériterait tellement mieux qu’attaques, coups bas, règlements de compte, caricatures, visions superficielles strictement partisanes, pour porter des idées, bâtir un nouveau dessein commun et attirer à nouveau des sympathisants, des électeurs voire même une nouvelle génération de militants.

Modernité, ouverture au débat, respect de l’autre et de ses idées, écoute ne sont pas des notions désuètes. Elles sont plutôt celles de la reconquête.
Cela donne à réfléchir…

pas de commentaires

Laisser un commentaire