Actualité Billet d'humeur Transports

Oui à un véritable service minimum dans les transports

SNCB-Voie-hors-service copie
Si le droit de grève doit évidemment être respecté, celles et ceux qui travaillent et étudient doivent l’être aussi. Ainsi, le témoignage de cet étudiant -entendu à la radio- qui bossait son examen depuis septembre, et qui, arrivé de peu en retard hier, se retrouve avec un zéro éliminatoire !
Il est juste inadmissible que certaines lignes ne circulent pas du tout, comme c’est le cas sur les lignes P, R, U, sur une partie du RER D ! Notamment parce qu’une fois de plus ce sont les franciliens de grande couronne qui sont pénalisés, ceux qui ont le sentiment d’être « relégués », ceux qui font les trajets les plus longs, ceux qui ont déjà, par nature, le moins d’offre et donc de possibilités de recours.
On peut toujours essayer, du côté de la Région Ile-de-France et d’Ile de France Mobilités, de compenser au maximum, en densifiant les lignes de bus en grande couronne notamment (rappelons qu’un train, ce sont 2000 voyageurs pour 150 dans un bus ou 50 dans un car…), les lignes de pôle à pôle, le Noctilien, en développant le co-voiturage, en invitant au télétravail lorsque c’est possible, mais c’est évidemment insuffisant.
Alors oui à un véritable service minimum dans les transports qui dépasse les discours, les bonnes intentions, et surtout la Loi de 2007 qui devait organiser ce service minimum des trains mais qui, in fine, créait uniquement un droit à l’information et à l indemnisation des voyageurs.
Il est temps.