Actualité Région Transports

Non, l’argent ne pousse pas sur les rails

Comme tous les ans au mois de novembre, Île-de-France Mobilités prépare son budget annuel. Comme en 2016, en 2017 et en 2018, certains entretiennent pour 2019 le mythe du système de transport qui déborde d’argent grâce à la création du passe Navigo à tarif unique. Certains vont même jusqu’à envisager la gratuité totale des transports…

La réalité est toute autre. Malgré des recettes liées à la vente de titres de transport en légère hausse, nous ne faisons que revenir, au prix de deux années d’énormes efforts, au niveau des recettes de 2014-2015.

Sauf qu’entre 2014 et 2018, de gros changements se sont opérés. Le passe Navigo à tarif unique, l’un des moins chers d’Europe, a été mis en place pour 500 M€ par an. Il a fallu engager un bras de fer avec le gouvernement pour obtenir des financements pour combler de manière pérenne cette ardoise laissée par la précédente majorité.

Par ailleurs, nous ne sommes pas restés à gérer un réseau statique. Jour après jour, nous le transformons en construisant les transports de demain. Et pour cela nous investissons : renouvellement du matériel roulant (trains, bus, cars, métros, tramways …), renforcement de l’offre là où cela est nécessaire et création de nouvelles lignes afin que tous les Franciliens puissent se déplacer. Tout cela à bien entendu un coût mais c’est une nécessité tant il faut rattraper des années de sous-investissements et l’absence de vision.

Quand en 2015 les dépenses globales étaient de 9,6 milliards d’euros, en 2018, elles seront de 11 milliards d’euros (fonctionnement et investissement), soit 1,4 milliard d’euros supplémentaires par an. Il faut donc que les recettes continuent de croitre de 3% par an pour assurer le bon fonctionnement d’un des réseaux de transport les plus dense au monde. Ce n’est donc que grâce au versement transport, reflet de la bonne santé des entreprises franciliennes, ainsi que des emprunts que nous pourrons mener ces investissements historiques.

Une autre solution existait pourtant : ne rien faire et attendre … encore. Ce n’est pas notre façon de faire progresser les transports.

pas de commentaires

Laisser un commentaire