Actualité Billet d'humeur Courcouronnes

De la quête de transparence à l’opacité idéologique…

Legislatives-Valls-annonce-sa-victoire-avec-139-voix-d-avance-la-France-insoumise-l-accuse-de-triche

Il est des combats qu’il convient de mener pour la justice, l’équité et le triomphe de la démocratie. Cette quête de vérité, légitime, qui s’accompagne de la liberté d’expression ne doit en revanche jamais bafouer le respect dû à ceux qui s’engagent, au delà de leurs couleurs politiques, au delà de leur engagement partisan, à faire vivre cette démocratie.  

Il semblerait que Madame Amrani, candidate aux récentes élections législatives et plusieurs membres de son équipe méconnaissent, par manque d’expérience ou de civisme, les règles de bienséance à l’égard de ceux qui, bénévolement, donnent de leur temps pour tenir les bureaux de vote et assurer les dépouillements les soirs de scrutin.

Aucun militant ni sympathisant de la France insoumise ne nous a été délégué pour la tenue des bureaux de vote courcouronnais. Au delà des deux partis présents au second tour, nous avons pu bénéficier dans plusieurs bureaux de l’investissement d’habitants encartés ou sympathisants d’autres tendances que celles encore en lice. Avant d’adresser les plus vives critiques et jeter l’opprobre à ceux qui ont donné de leur temps pour que vive la démocratie, peut-être eut-il été utile et même juste de la part de FI de mobiliser dans ses propres rangs.

Lorsque l’on sait la complexité avec laquelle s’organisent les tableaux de présence des assesseurs, quand on connaît la difficulté à mobiliser des représentants de certains partis les jours de vote pour la tenue des bureaux, les commentaires ambigus de l’ex candidate laissent au mieux perplexe, au pire révoltés.

Qu’une contestation puisse se faire jour en raison du faible nombre de voix d’écart est entendable, qu’un recours soit déposé est permis.

Mais en tant que maire, je ne peux concevoir que la mobilisation et l’impartialité des Courcouronnais, qu’ils soient habitants ou fonctionnaires, soit remises en question et suscitent des doutes dans un camp qui, en matière de respect des valeurs morales et des principes républicains, n’ont pas grand chose à nous apprendre. 

Si la horde d’esprits échauffés à l’annonce du résultat dimanche soir en mairie d’Evry avait déployé la même énergie en journée au sein des bureaux de vote des villes de la circonscription, les résultats n’auraient pu être ni contestés ni contestables puisque attestés par
des représentants de la France insoumise. 

Et que dire du fondement de cette violence, sans doute depuis longtemps échafaudée par ceux qui l’ont perpétrée dimanche soir, à l’annonce des résultats ? Nul doute doute que le coup était préparé, l’angle de vue permettant les plus belles images à offrir aux médias minutieusement choisi. En termes de comm, les partisans du coup d’éclat n’étaient pas loin de réussir leur coup –monté-.

Il est toutefois dommageable que cette communication ne se fasse que par à coups et coups d’éclats et que ces multiples coups soient finalement vides de sens et d’une vacuité crasse.

Si la quête de vérité et de transparence est louable, la violence physique, verbale et idéologique, elle, est condamnable.